Mycorhizes et agro-écologie :

du diagnostic à la mise en pratique au champ

Mycorhizes et agro-écologie : du diagnostic à la mise en pratique au champ

Le 27 novembre à Ste Livrade sur Lot (Lot-et-Garonne)

avec Alexandre Parizel (Association Française d’Agroforesterie)

et en partenariat avec Florent Ruyet (Chambre d’Agriculture du Lot et Garonne)

Alexandre Parizel, triple formation ingénieur en agriculture, forêt et microorganismes en filières industrielles. Il réalise des travaux de vulgarisation sur les mycorhizes depuis plus de 3 ans et déploie des projets Casdar sur le sujet, dont « Mycoagra : étude des relations mycorhizes en systèmes agricoles grandes cultures /noyeraies » (partenaires : Association Française d’Agroforesterie, INRA, Chambre d’Agriculture de Dordogne, Museum National d’Histoire Naturelle)

Présentation globale de la formation :

Objectifs

  • améliorer sa compréhension des pratiques favorables aux mycorhizes
  • savoir réaliser un diagnostic parcellaire de sa ferme afin d’optimiser le développement des mycorhizes au champ
  • développer les compétences nécessaires à une évaluation objective des produits mycorhiziens vendus sur le marché

APPORTS THÉORIQUES
• Les mycorhizes en grandes cultures : Quelle différence avec les autres microorganismes des sols ? Focus sur les bactéries
• Quels rôles des mycorhizes au champ ? Focus sur le stockage de l’eau, la protection aux pathogènes, la structure du sol, la synthèse du phosphore
• Comment cultiver des mycorhizes au champ (pratiques destructrices ou favorables) ? Focus sur le travail du sol et les couverts végétaux
• Leviers d’action : savoir évaluer les produits mycorhiziens sur le marché
• L’ensemencement : tour des pratiques et des effets au champ.

MISE EN PRATIQUE / TERRAIN
• Analyse de l’itinéraire technique sur parcelles agricoles voisines en grandes cultures et commentaires sur les pratiques observables sur place qui sont favorables aux mycorhizes
• Utilisation d’un outil d’aide à la conception de pratiques favorables à la mycorhization avec couverts, haies, arbres
• Atelier pratique individuel sur place : chaque agriculteur identifie la situation de départ et utilise l’arbre de décision pour déterminer les pratiques limitantes de son système. Analyse des leviers d’action à sa disposition pour favoriser les mycorhizes dans ses parcelles.


Déroulement de la journée et moyens matériels :

  • Présentation en salle sur les concepts généraux (vidéo-projection)
  • Atelier pratique individualisé avec outil d’aide à la décision sous format papier fourni aux participants
  • Utilisation de microscopes binoculaires si les conditions pédoclimatiques sur place le permettent (absence de pluie)
  • Utilisation d’outils de prélèvement type bêches (si échantillonnage au champ possible)

Formation prise en charge à 100% par VIVEA dans la limite du plafond annuel disponible.

Pour financements par OPCA, FAFSEA, en fonds propres, ou tout autre dispositif, merci de nous contacter.

Le nombre de stagiaires est limité à 20 personnes par groupe.

 

Je consulte les Conditions Générales

Je consulte le Réglement Intérieur

J’APPARTIENS AU PUBLIC EN DÉMARCHE D’INSTALLATION

JE M’INFORME SUR LES NOUVELLES CONDITIONS DE PRISE EN CHARGE DES COÛTS DE FORMATION PAR VIVEA