La microferme

une alternative face à la crise énergétique et climatique

Pour un financement OPCO, merci de nous contacter via le menu "Contactez-nous" en précisant la formation et la formule concernées.

La micro-ferme: une alternative face à la crise énergétique et climatique

avec Joan VERDUGO

En cours de programmation

Durée de la formation : 21 heures en présentiel

Joan Verdugo: installé en maraîchage et arboriculture à Boulogne-sur- Gesse (31), il est diplômé de l’Ecole Vétérinaire de Barcelone et formé en permaculture a l’IMAP (Instituto Mesoamericano de Permacultura, Guatemala) et à la Fondation Nunoz Jimenez (Cuba).
Passionné par la transmission et l’éducation populaire, il anime des formations pour professionnels et amateurs depuis 2009 avec GAIA Consulting, ADEAR32, Agribio Var, Vaucluse et Hautes-Alpes, EPLEFPA Les Sillons de Haute-Alsace, …
Convaincu que l’agriculture joue un rôle crucial dans le changement social, il a cofondé la ferme Can la Haut où il vit et travaille depuis 2012, pour expérimenter une agriculture paysanne qui n’est pas seulement un ensemble de techniques de production alternatives, mais tout un mode de vie, une culture à rebours du modèle productiviste dominant.

Présentation globale de la formation :

À l’issue de cette formation les stagiaires seront capables de :

  • Cerner la “crise” du modèle agro-industriel actuel, sous l’effet combiné de l’effondrement de la biodiversité, de l’instabilité climatique et de la dépendance aux énergies fossiles.
  • Analyser les différents scénarios pour l’agriculture du futur afin de démasquer les « fausses solutions » (digitalisation et robotisation des cultures, élimination de l’élevage, spécialisation accrue, fermes usines, mythe de l’agriculture urbaine, …) présentées comme des alternatives au modèle actuel mais qui mèneront à d’autres impasses.
  • Nommer les principaux enjeux, contraintes et défis d’une micro-ferme, à travers l’observation d’un système géré depuis plus de 10 ans selon les principes de la permaculture.
  • Définir, à travers des exemples concrets, les éléments-clés pour la mise en place d’un design permacole, à travers le rôle des arbres, la gestion de l’eau et de la matière organique.

Programme  :

  • Jour 1 :

• Le cycle du carbone: comprendre dans le détail le fonctionnement de cet élément majeur de la biosphère et le rôle primordial que la domestication de la photosynthèse, à travers l’agriculture, joue dans sa régulation.
• Comprendre comment, de toutes les activités humaines, l’agriculture est actuellement l’émetteur principal de gaz à effet de serre (GES).
• Analyser les implications de l’instabilité climatique (et non “changement climatique”) dans le système socio-économique actuel.
• Distinguer les concepts de source d’énergie et de vecteur énergétique, comprendre les notions de taux de retour énergétique et les itinéraires d’usage de l’énergie.
• Définir la différence entre un agrosystème et un éco-agrosystème.
• Comprendre les interactions multiples que cette deuxième approche agronomique entretient avec la biodiversité, le cycle de l’eau, les flux énergétique, les cycles des minéraux.

  • Jour 2 :

• Quelles solutions nous propose le Green New Deal?
• Analyse détaillée des principales caractéristiques de l’agriculture bio-industrielle:
◦ taille des exploitations
◦ nombre d’UTH (unités de travail humain)
◦ haut degré de mécanisation, digitalisation, robotique et introduction de l’intelligence artificielle dans les processus de production agricole
◦ hyper-spécialisation territoriale
◦ taux de retour énergétique (TRE) de ce modèle
• L’impossibilité de maintenance de ce modèle face à la situation de disponibilité d’énergie et de matériaux dans l’avenir.
• Potentiel, limites et insuffisances de l’agriculture urbaine.
• Le rôle de l’animal dans un système de production agricole: l’approche vegan est-elle une solution?

  • Jour 3:

• Observation participative d’un modèle de micro-ferme inspirée par les principes de la permaculture, afin d’analyser des alternatives concrètes de:
◦ gestion de l’eau
◦ optimisation des flux énergétiques présents
◦ optimisation du recyclage des nutriments à l’intérieur du système
• Comprendre les principes de base pour accompagner le métabolisme du sol, comme élément-clé de la gestion de la biodiversité, de l’eau et de la disponibilité de nutriments.
• Réfléchir ensemble sur le changement de paradigme nécessaire pour ne plus se considérer comme un exploitant agricole (ou UTH) mais comme un.e paysan.e, pièce stratégique du puzzle riche et complexe de la biodiversité…

Formation prise en charge à 100% par VIVEA, OPCO ou France Travail (sur dossier).

Le nombre maximum de stagiaires par session de formation est limité entre 15 et 20 personnes en fonction des modalités d'enseignement.

L'accès à cette formation ne nécessite pas de pré-requis.

Les horaires journaliers de formation sont : 9h00-12h30 et 14h00-17h30

Je m’inscris à :

Pour un financement OPCO, merci de nous contacter via le menu « Contactez-nous » en précisant la formation et la formule concernées.

Vous pouvez retrouver les méthodes pédagogiques, les modalités d'évaluation ainsi que les conditions d'accessibilité aux Personnes en Situation de Handicap de nos formations dans les Conditions Générales ci-dessous :

Je consulte les Conditions Générales

Je consulte le Réglement Intérieur

Cette page a été mise à jour le 23 Octobre 2023